Histoire

©Francis Demange – www.hydroptere.com

2
0
0
9

L’inspiration

L’Hydroptère est l’un des premiers bateaux de l’histoire à dépasser la mythique barre des 50 nœuds (92 km/h) à la voile.

Imaginé par le navigateur français Eric Tabarly et développé par Alain Thebault notamment en collaboration avec l’EPFL, ce bateau de légende a inspiré toute une génération de passionnés, dont Mayeul, Benoît et Xavier.

Cet exploit leur donne envie de marquer à leur tour l’histoire de la voile.

L’élément déclencheur

Xavier, Mayeul et Benoit ont chacun poursuivi des études en génie mécanique à l’EPFL. 

Animés par leur passion pour la voile et la vitesse, ils se rencontrent en participant à l’Hydrocontest : un concours universitaire dans lequel des bateaux radiocommandés sont testés pour leur vitesse et leur efficience énergétique. Cette année-là, l’EPFL participe avec un ambitieux bateau à foils, sous la supervision de Robin Amacher, ancien ingénieur sur le projet Hydroptère.

Participer à ce concours aux côtés d’un membre de l’équipe Hydroptère relance les rêves de Xavier, Mayeul et Benoit. Tous les trois décident de franchir le pas et se lancent dans l’aventure SP80.

©Chloé Jobert – SP80

©Mediacom – EPFL

©Hydrocontest – EPFL

2
0
1
6

©Chloé Jobert – SP80

©Chloé Jobert – SP80

©SP80

2
0
1
8

Les débuts

En 2012, Paul Larsen bat le précédent record du monde de vitesse à la voile et atteint une vitesse de 65,45 nœuds (121,21 km/h). Lors de ce record, son bateau Vestas Sail Rocket II était le premier voilier de l’histoire équipé d’un foil spécial, dit super-ventilant.

Trouvant ce concept intéressant, nos trois co-fondateurs commencent par essayer des planches de kitesurf avec des ailerons super-ventilants en fibre de carbone NTPT® pour analyser leurs potentiels.

Après seulement 3 campagnes d’essais dans le sud de la France, Benoit atteint 41 nœuds (75,9 km/h) et confirme que ces profils ont un potentiel d’accélération inexploité qui peut être débloqué en utilisant une voile de kite.

Suite à ces résultats prometteurs, les trois amis font rapidement un constat: la vitesse d’un kitesurfeur est limitée par la charge maximale que le corps humain peut supporter. Il n’est donc pas possible d’envisager l’utilisation d’une immense aile de kite dans une configuration où un homme fait le lien entre le foil et le kite. Remplacer ce lien par un corps rigide, comme un bateau, augmentera considérablement le potentiel de vitesse.

A partir de cette théorie, Xavier travaille sur un premier concept et développe un simulateur démontrant la faisabilité du projet. C’est ainsi que naît SP80, avec l’objectif ambitieux d’atteindre 80 nœuds (150km/h) à la voile.

L’organisation

2019 marque un tournant pour SP80. Avec un premier sponsor qui rejoint la quête du record, la société suisse P&TS, les trois fondateurs mettent en place une structure légale pour gérer le projet.

L’EPFL s’engage également à soutenir l’équipe en tant que partenaire académique et permet à SP80 d’accéder à des infrastructures de recherche de pointe et de bénéficier des précieux conseils des professeurs.

En plus de cela,une vingtaine d’ingénieurs et d’étudiants motivés rejoignent l’équipe pour contribuer au développement du bateau pour le record.

©Alain Herzog – EPFL

©Schreyer – P&TS

©Mediacom – EPFL

2
0
1
9

©Guillaume Fischer – SP80

©Guillaume Fischer – SP80

©Océane Suchel – SP80

2
0
2
0

Le modèle réduit

L’équipe en place s’attaque alors à une étape clé de la conception du bateau : tester un modèle réduit pour valider les derniers détails techniques avant de lancer la construction du bateau pour le record.

Après de nombreuses heures passées dans les laboratoires de l’EPFL à faire des itérations, imaginer des prototypes et tester différentes formes de kites et d’ailerons super-ventilants, un premier modèle réduit de 4m de long est mis à l’eau sur le lac Léman. Testé et amélioré pendant plusieurs mois, le concept est finalement approuvé et l’équipe se concentre sur la construction du bateau pour le record.

La construction

Avec Richard Mille qui rejoint l’aventure en tant que sponsor titre, SP80 passe à la vitesse supérieure. En effet, l’équipe a confié la réalisation de cette petite fusée au chantier naval Persico Marine

Le constructeur italien, incontournable dans le monde de la voile, possède un savoir-faire et une technique dont la renommée n’est plus à faire: Vendée Globe, America’s Cup, Volvo Ocean Race…les navigateurs sont nombreux à faire confiance à Persico Marine. 

©SP80

2
0
2
1

©SP80

2
0
2
2

La route des 80 noeuds

Toute l’équipe, actuellement concentrée sur la construction du bateau, n’a désormais qu’un seul objectif : mettre le bateau à l’eau et battre le record du monde de vitesse à la voile en 2022.

©Francis Demange – www.hydroptere.com

2
0
0
9

L’INSPIRATION

L’Hydroptère est l’un des premiers bateaux de l’histoire à dépasser la mythique barre des 50 nœuds (92 km/h) à la voile.

Imaginé par le navigateur français Eric Tabarly et développé par Alain Thebault notamment en collaboration avec l’EPFL, ce bateau de légende a inspiré toute une génération de passionnés, dont Mayeul, Benoît et Xavier.

Cet exploit leur donne envie de marquer à leur tour l’histoire de la voile.

©Chloé Jobert – SP80

©Mediacom – EPFL

©Hydrocontest – EPFL

2
0
1
6

L’élément déclencheur

Xavier, Mayeul et Benoit ont chacun poursuivi des études en génie mécanique à l’EPFL.

Animés par leur passion pour la voile et la vitesse, ils se rencontrent en participant à l’Hydrocontest : un concours universitaire dans lequel des bateaux radiocommandés sont testés pour leur vitesse et leur efficience énergétique. Cette année-là, l’EPFL participe avec un ambitieux bateau à foils, sous la supervision de Robin Amacher, ancien ingénieur sur le projet Hydroptère.

Participer à ce concours aux côtés d’un membre de l’équipe Hydroptère relance les rêves de Xavier, Mayeul et Benoit. Tous les trois décident de franchir le pas et se lancent dans l’aventure SP80.

©Chloé Jobert – SP80

©Chloé Jobert – SP80

©SP80

2
0
1
8

Les débuts

En 2012, Paul Larsen bat le précédent record du monde de vitesse à la voile et atteint une vitesse de 65,45 nœuds (121,21 km/h). Lors de ce record, son bateau, Vestas Sail Rocket II, était le premier voilier de l’histoire équipé d’un foil spécial, dit super-ventilant.

Trouvant ce concept intéressant, nos trois co-fondateurs commencent par essayer des planches de kitesurf avec des ailerons super-ventilants en fibre de carbone NTPT® pour analyser leurs potentiels.
Après seulement 3 campagnes d’essais dans le sud de la France, Benoit atteint 41 nœuds (75,9 km/h) et confirme que ces profils ont un potentiel d’accélération inexploité qui peut être débloqué en utilisant une voile de kite.

Suite à ces résultats prometteurs, les trois amis font rapidement un constat: la vitesse d’un kitesurfeur est limitée par la charge maximale que le corps humain peut supporter. Il n’est donc pas possible d’envisager l’utilisation d’une immense aile de kite dans une configuration où un homme fait le lien entre le foil et le kite. Remplacer ce lien par un corps rigide, comme un bateau, augmentera considérablement le potentiel de vitesse. A partir de cette théorie, Xavier travaille sur un premier concept et développe un simulateur démontrant la faisabilité du projet. C’est ainsi que naît SP80, avec l’objectif ambitieux d’atteindre 80 nœuds (150km/h) à la voile.

©Alain Herzog – EPFL

©Schreyer – P&TS

©Mediacom – EPFL

2
0
1
9

L’organisation

2019 marque un tournant pour SP80. Avec un premier sponsor qui rejoint la quête du record, la société suisse P&TS, les trois fondateurs mettent en place une structure légale pour gérer le projet.

L’EPFL s’engage également à soutenir l’équipe en tant que partenaire académique et permet à SP80 d’accéder à des infrastructures de recherche de pointe et de bénéficier des précieux conseils des professeurs.

En plus de cela,une vingtaine d’ingénieurs et d’étudiants motivés rejoignent l’équipe pour contribuer au développement du bateau pour le record.

©Guillaume Fischer – SP80

©Guillaume Fischer – SP80

©Océane Suchel – SP80

2
0
2
0

Le modèle réduit

L’équipe en place s’attaque alors à une étape clé de la conception du bateau : tester un modèle réduit pour valider les derniers détails techniques avant de lancer la construction du bateau pour le record.

Après de nombreuses heures passées dans les laboratoires de l’EPFL à faire des itérations, imaginer des prototypes et tester différentes formes de kites et d’ailerons super-ventilants, un premier modèle réduit de 4m de long est mis à l’eau sur le lac Léman. Testé et amélioré pendant plusieurs mois, le concept est finalement approuvé et l’équipe se concentre sur la construction du bateau pour le record.

©SP80

2
0
2
1

La construction

Avec Richard Mille qui rejoint l’aventure en tant que sponsor titre, SP80 passe à la vitesse supérieure. En effet, l’équipe a confié la réalisation de cette petite fusée au chantier naval Persico Marine

Le constructeur italien, incontournable dans le monde de la voile, possède un savoir-faire et une technique dont la renommée n’est plus à faire: Vendée Globe, America’s Cup, Volvo Ocean Race…les navigateurs sont nombreux à faire confiance à Persico Marine. 

©SP80

2
0
2
2

La route des 80 noeuds

Toute l’équipe, actuellement concentrée sur la construction du bateau, n’a désormais qu’un seul objectif : mettre le bateau à l’eau et battre le record du monde de vitesse à la voile en 2022.

Supported by

Copyright 2021 | SP80 | All Rights Reserved