Interview

Interview with Martin Fischer (Version française ci-dessous)

December 1st, 2020

We had the privilege of meeting with a figure widely regarded as a point person for the sailing world, and a leading authority on flying boats: Martin Fischer. He regulary advised us and offered his point of view on the progression of foils today and his thoughts on SP80. 

SP80: Hello Martin! For our readers that don’t know you yet, could you present yourself? What is your domain of expertise, which projects have you worked on and what are you working on currently?

I have been working for nearly 20 years on the development of racing sailboats. In the past I worked on Class-A catamarans, Formula-18, Groupama Class-C, Flying Phantom, GC32 and AC50 (Groupama Team France), the ORMA 60 trimarans (Groupama 2), Ultime (Groupama 3, Sodebo) and a monohull for the Volvo Ocean 70 (Groupama 4). For 3 years now I have been working for Luna Rossa, the Italian challenger of the 36th America’s Cup which will take place in March 2021 at Auckland. I specialized myself in the development of hydrodynamic shapes, so rudders, daggerboards, foils, but also in the shapes of hulls.

SP80: You are therefore a reference in the world of flying boats! Concepts and designs have multiplied in recent years, whether in multihulls (Flying Phantom, F50, Ultime, etc.) or monohulls (Imoca, 69F, AC75 from the last America’s Cup, etc.). Do you think there is still room for innovation in the world of flying boats or have we reached a certain limit in their development?

I think there still remains a lot to do in terms of progress. Flying boats have gained a solid lead, but their growth only really took off 10 years ago. We are making lots of progress in optimization techniques which enable us to better adapt the shape of foils. This strength can be employed to improve the performance, the ease of operation, or a combination of both. Today we are able, during the design phase, to take into account and exploit the deformation of foils when exposed to loading. Furthermore, it is possible to impose additional constraints in the design phase, such as constrains on the cavitation, the structure, amount of stability in flight, or a combination of all these parameters. We can therefore obtain more efficient foils that are easier to use. This type of navigation will then become available to a greater variety of sailors.

SP80: In 2016, while you were still involved in the Groupama Team France Challenge for the 35th America’s Cup, you were asked to draw the boat of the future (see video). You spoke then of a kite, of a central hull with two floaters for stability, of a sealed off cockpit to protect the crew. Four years later, we present to you our boat and SP80 project to reach 80 knots (150 km/h). Does this correspond to what you had imagined?

Yes, it is really quite close to what I had in mind when I drew the sketch. Actually, when the SP80 team told me of their project, I was delighted to see that it was coming to reality. I would never have imagined that just a few years later, there would really be an engineering team working on a boat such as this.

SP80: We made the choice not to fly above the water to gain in stability. In your opinion, does setting stability at the heart of the boat’s development offer a real advantage or does it on the contrary hinder it because the drag will be too important?

I am convinced that stability is the key factor, not only for a boat aiming to beat the outright speed record but also for all other fast sailboats. Next, there are several possibilities to obtain this stability. We can draw configurations with inherent stability, but we can just as well use active systems, mechanical, pneumatic, or electronic. To beat the speed record, the choice that SP80 has made seems very good. The configuration is stable and theoretically there is almost no limit to the power. If necessary you can increase the available power. So it makes a lot of sense to sacrifice a little bit in drag (3 hulls in contact with the water) to obtain a very good stability.

SP80: According to you what are the pros and cons of our boat?

The big advantage of the concept is the boat’s stability. A disadvantage is the drag that is linked to having three hulls in the water. But drag can be compensated by power and the power has nearly no limits with this concept. It therefore makes sense to “buy” a rare resource – the stability – with another available resource – the power.
Some other important points:

  • The closed capsule
  • The symmetrical configuration

The sealed-off capsule is important for the safety of the crew and good aerodynamic properties.

The symmetry allows starboard and portside navigation. This enables you to repeat tests rapidly, which is an important aspect for tuning the boat.

SP80: Do you think that this type of boat could eventually be democratized?

Why not. The concept offers good protection and a good stability. So in principle it could become accessible for a wide number of people. Perhaps not for sailing at 80 knots straight away, but why not at 40 knots to start with?

SP80: To finish, another contending project has been created in the South of France by Alexandre Caizergues: Syroco. They revealed their concept a few weeks ago. What are your thoughts on it?

It is likewise a very interesting project. Their concept produces less drag – no hulls are in contact with water – but this requires an active flight height control. So their concept is less stable but in return requires less power.

SP80: A few last words for the team of young engineers and passionate students working overtime on the project?

I find your project impressive. It seems to me that all the aspects – management, financing, technological development – are very well operated. I am optimistic that you will succeed in your goal.

SP80: Thank you Martin for the time you have devoted to answering our questions! We wish you the very best for the America’s Cup and hope to cross paths again very soon!

This discussion was recorded by Aurore Kerr, communications manager & Mayeul van den Broek, co-founder
Picture of Groupama AC50 in header: © Eloi Stichelbaut
Portrait in header: © Christophe Launay

Interview avec Martin Fischer

1er Décembre 2020

Nous avons eu la chance de pouvoir échanger avec une personnalité qui fait figure de référence dans le monde de la voile et des bateaux volants: Martin Fischer. Il nous a régulièrement conseillé et nous a donné son point de vue sur le développement actuel des foils mais aussi sur SP80. 

SP80: Bonjour Martin! Pour nos abonné(e)s qui ne vous connaissent pas, pourriez-vous vous présenter? Quelle est votre spécialité, quels ont été les projets sur lesquels vous avez travaillé et sur quoi travaillez-vous actuellement?

Je travaille depuis presque 20 ans sur le développement des voiliers de courses. Dans le passé j’ai travaillé sur les catamarans Classe-A, Formula-18, Groupama Classe-C, Flying Phantom, GC32 et AC50 (Groupama Team France), les trimarans ORMA 60 (Groupama 2), Ultime (Groupama 3, Sodebo) et un monocoque de la jauge Volvo-70 (Groupama 4). Depuis 3 ans je travaille maintenant pour Luna Rossa, le challenger italien pour la 36ème Coupe de l’America qui se déroulera en mars 2021 à Auckland. Je me suis spécialisé dans le développement des formes hydrodynamiques, donc safrans, dérives, foils, mais également la forme des coques.

SP80: Vous êtes donc une référence dans le monde des bateaux volants! Les concepts et design se sont multipliés ces dernières années, que ce soit en multicoques (Flying Phantom, F50, Ultime, etc.) ou en monocoques (Imoca, 69F, AC75 de la dernière Coupe de l’America, etc.). Pensez-vous que des innovations peuvent encore avoir lieu dans le milieu des bateaux volants ou avons-nous atteints une certaine limite de développement?

Je pense qu’il y a encore beaucoup de développements à faire. Les bateaux volants ont gagné beaucoup de terrain, mais le développement a vraiment décollé il y a seulement 10 ans. Nous faisons beaucoup de progrès dans les méthodes d’optimisation et cela nous permet de mieux adapter les dessins des foils. Cette puissance peut être utilisée pour améliorer la performance, la facilité d’utilisation ou une combinaison des deux. Aujourd’hui nous pouvons, pendant la phase de conception, prendre en compte et exploiter la déformation des foils sous charge. En plus il est possible d’imposer des contraintes supplémentaires dans la phase de conception, comme des contraintes sur la cavitation, la structure, des mesures de stabilité de vol ou des combinaisons de tous ces paramètres. On pourra donc obtenir des foils plus performants et plus faciles à utiliser. Ce mode de navigation deviendra alors accessible à un plus grand nombre de navigants.

SP80: En 2016, alors que vous étiez engagé avec le défi français Groupama Team France pour la 35e Coupe de l’America, il vous a été demandé de dessiner le bateau du futur (voir vidéo). Vous parliez alors de kite, de coque central avec deux flotteurs pour la stabilité, de bateau fermé pour protéger l’équipage. Quatre ans plus tard, on vous présente notre bateau et projet SP80 pour atteindre 80 noeuds (150 km/h). Cela correspond à peu près à ce que vous imaginiez ?

Oui, c’est vraiment très proche de ce que j’avais en tête quand j’ai fait cette petite esquisse. En fait quand l’équipe de SP80 m’a parlé de ce projet, j’étais vraiment ravi de voir que ça devenait réalité. Jamais je n’aurais imaginé que seulement quelques ans après, il y aurait une équipe d’ingénieurs qui travaille réellement sur un tel bateau.

SP80: Nous avons fait le choix de ne pas voler au-dessus de l’eau pour gagner en stabilité. A votre avis, placer la stabilité au cœur du développement du bateau est-il un réel avantage ou au contraire frein dû à la traînée de l’eau qui sera trop importante?

Je suis convaincu que la stabilité est l’élément clé, pas seulement pour un bateau visant à battre le record absolu de vitesse mais aussi pour tous les autres bateaux rapides. Après, il y a plusieurs possibilités pour atteindre cette stabilité. On peut dessiner une configuration avec une stabilité inhérente, mais on peut aussi utiliser des systèmes actifs, mécaniques, pneumatiques ou électroniques. Pour battre le record de vitesse, le choix de l’équipe de SP80 me semble très bien. La configuration est stable et théoriquement il n’y a presque pas de limites pour la puissance. Si c’est nécessaire on peut augmenter la puissance disponible. Ça fait donc beaucoup de sens d’accepter de payer un peu en traînée (trois coques qui touchent l’eau) pour obtenir une très bonne stabilité.

SP80: Quels sont selon vous les avantages et les inconvénients de notre bateau?

Le grand avantage du concept est la stabilité du bateau. Un désavantage est la traînée liée aux trois coques dans l’eau. Mais la traînée peut être compensée par la puissance et la puissance n’a presque pas de limites avec ce concept. Ça a donc du sens « d’acheter » une matière rare – la stabilité – avec une matière disponible – la puissance.
D’autres points sont importants :

  • La construction fermée
  • La configuration symétrique

La construction fermée est importante pour la sécurité de l’équipage et est importante pour une bonne aérodynamique.
La symétrie permet de naviguer tribord est bâbord amure. Cela permet de répéter rapidement des tests, un aspect important pour la mise au point du bateau.

SP80: Pensez-vous que ce type de bateau pourrait se démocratiser à l’avenir?

Pourquoi pas. Le concept donne une bonne protection et une bonne stabilité. Donc en principe ça devrait être accessible à un grand nombre de personnes. Peut-être pas pour aller à 80 nœuds tout de suite, mais pourquoi pas à 40 nœuds dans un premier temps?

SP80: Enfin, un projet concurrent s’est monté dans le Sud de la France autour d’Alexandre Caizergues: Syroco. Ils ont dévoilé leur concept il y a quelques semaines. Qu’en pensez-vous?

C’est également un projet très intéressant. Leur concept a moins de traînée – aucune coque touche l’eau – mais ça demande un contrôle actif de la hauteur de vol. Leur concept est donc moins stable mais demande en contre partie aussi moins de puissance.

SP80: Un dernier petit mot pour l’équipe de jeunes ingénieurs et étudiants passionnés qui travaillent d’arrache pied sur le projet?

Je trouve votre projet impressionnant. Il me semble que tous les aspects – gestion, finances, développement technologique – sont très bien gérés. Je suis optimiste que vous allez réussir à atteindre votre but.

SP80: Un grand merci Martin d’avoir pris le temps de nous répondre! Nous vous souhaitons le meilleur pour la Coupe de l’America et on espère se croiser très vite!

Propos recueillis par Aurore Kerr, responsable communication & Mayeul van den Broek, co-fondateur
Photo en-tête de l’AC50 de Groupama: © Eloi Stichelbaut
Portrait en-tête: © Christophe Launay

Subscribe to SP80's newsletter

Copyright 2021 | SP80 | All Rights Reserved